Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le curieux aller retour Paris - Auckland
  • : Indonésie Philippines Vietnam Cambodge Laos Thaïlande Australie Nouvelle-Zélande Polynésie Etats-Unis
  • Contact

Rédacteur

  • Dedelagodasse
  • Juste parti faire le tour du monde pendant 1 an...
  • Juste parti faire le tour du monde pendant 1 an...

Recherche

Lien vers les photos

Archives

Geo map

Pages

20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 08:48

Merci à l'inspirateur de ce titre, Jean-Claude, expert en tirage de ficelles !

 

Après 3 semaines de cogitations, de premières lectures de guides pour s'informer des conditions d'accès , d'estimation des durées des séjours et de premières recherches de vols aériens, j'étais fier de la progression de mon projet ; je savais où aller et combien de temps approximativement rester dans chaque pays.

 

J'avais édité un premier calendrier avec les dates et destinations pour me présenter dans une agence de voyages que j'avais repéré en me baladant dans Paris avec une devanture qui collait à peu près à mon projet ; agence spécialisée « Australie Asie ».

 

Fier comme d'Artaban, je rentrai dans l'agence avec mon calendrier prévisionnel pour demander mon premier billet d'avion.

Dix minutes plus tard, j'en ressortais avec déception car il était impossible de réserver des avions avec des dates ou des idées approximatives : j'étais invité à tirer les ficelles sur mon planning !

 

Pendant deux ans, nous nous sommes bien amusés avec mes amis de Bouygues et de la maîtrise d'œuvre (ils étaient tellement nombreux que je ne vais pas tous les citer !) sur mon dernier grand projet de construction de la couverture du périphérique à la porte des Lilas...

 

 

 

....un chantier qui devait durer jusqu'au 21 janvier 2007 soit deux ans de bétonnage pour rendre la ville propre !

On cache les voitures sous un tunnel, on couvre les murs de revêtements acoustiques et dépolluants (qui transforment partiellement la pollution de l'air en une pollution de l'eau de ruissèlement...mais ça il ne faut pas le dire) et youpa la, les oiseaux  viennent nicher dans les arbres du jardin de la porte des Lilas !

 

Elle n'est pas belle la vie ?

 

Mais revenons au sujet de l'article : le planning.

 

A l'occasion du débarquement en Normandie, les alliés ont développé de puissants outils scientifiques pour programmer l'invasion de la reconquête de l'Europe. Il faut en effet maîtriser les humeurs et comportements humains pour gagner la guerre.

Et pour gagner, ils ont inventé les méthodes de planification de PERT et GANTT.

 

En réalité ce que je pensai avoir appris à l'école est en partie erroné puisque Henry GANTT, ingénieur américain (1861-1919)  a développé le fameux diagramme dans les années 1910.

Et la méthode PERT a été mise au point par la société américaine de conseil dans les années 1958 pour la marine américaine après la crise du Spoutnik en réponse au lancement de ce satellite par les russes alors que les américains pensaient avoir la suprématie dans la conquête spatiale.

 

La complétude de mes écrits est mise à mal par ces précisions historiques mais les petits soldats  alliés n'ont pas débarqué par hasard à Omaha beach un jour de juin 1944 sans qu'un Général avec au moins quatre étoiles et un képi ne s'intéressât au préalable des moyens, bien supérieurs d'ailleurs à ce qui se fait en moyenne de ce genre d'opération Milord, à mettre en œuvre suivant un timing d'horloger suisse pour arriver à battre les allemands qui avaient pris leurs quartiers d'été en mai 40 en France et un peu partout dans le monde.

On peut donc raisonnablement penser que le débarquement a été planifié par une méthode musclée de GANTT version au moins .2 , la première version datant des années 10 et à cette époque on ne chômait pas car il n'y avait pas encore d'ordinateur.

 

Les méthodes PERT et GANTT permettent d'allouer des ressources afin de réaliser des tâches sur un calendrier donné.

Aujourd'hui, tous les projets dignes de ce nom sont ainsi gérés avec un merveilleux logiciel « Project » développé par Microsoft après la seconde guerre mondiale. Et comme pour « Word », « Excel » et toute la famille il y a tellement d'options (« tâches critiques », « jalons », « liens multiple début-fin ou fin début », etc.) et de croix à cocher qu'obtenir une impression claire et fonctionnelle d'un planning devient un métier !

C'est la raison pour les artistes dont je fais partie avec mon collègue Alain, expert en bétonnage écologique, préfèrent colorier des cellules d'un fichier Excel pour présenter à nos clients un planning seyant et agréable à regarder et que mon dernier chef qualifierait de « sexy ».

 

 

Par définition, un planning est fait pour ne pas être respecté. On est toujours en avance ou en retard ! C'est humain. Même les généraux alliés n'avaient pas prévu les résistances allemandes ou des ressources imprévues sur certaines plages normandes.

Hebdomadairement, le grand jeu consiste à « Tirer la ficelle ». Pour chacune des tâches, on constate l'avance ou le retard par rapport au planning théorique. S'ensuit alors de vastes débats sur le pourquoi du comment. Cela nourrit une belle réunion animée ou chacun y va de son avis, son conseil, son souhait et sa crainte. Ce dernier critère prédomine avec la question sous jacente : « comment va-t-on se sortir de ce bordel ? » et les digressions habituelles du « quand, comment, avec qui, avec quoi, pourquoi, et si... ».

 

La réunion s'achève tardivement et les artistes sont invités à recolorer les cellules touchées par la maladie du dérapage de planning.

Le vrai artiste est celui qui innove. Et pour mettre un peu plus de piment à la prochaine réunion, il est amusant de retirer ou ajouter certaines tâches voire changer la représentation graphique...

 

En cas de planning hyper tendu (un planning est par nature toujours au moins tendu...) et de mauvaise prestation orale, il peut être demandé une punition ; établir une note de synthèse expliquant les « dérives » et le « programme d'action » qui permettra à tous les acteurs du projet de dormir sur leurs quatre oreilles.

Pour éviter ce travail supplémentaire, il est donc prudent de bien préparer auparavant son spectacle en développant des thématiques innovantes et rassurantes, en mettant en évidence certaines défaillances qui seront remédiées suivant des moyens complémentaires mis en place sans délai ou en séchant la réunion planning....

 

Bien souvent, on perd un maximum de temps dans des discours politiques sur des détails (présentation, compréhension de libellés par des personnes étrangères au métier,...) alors qu'il serait plus utile de passer ce temps à agir sans trop se poser de questions politico-philosophiques.

J'ai vécu cela une fois dans ma carrière et c'était fort sympathique sur mon chantier « MKI ». Le tireur de ficelle tirait dans son coin chaque semaine la ficelle sur le planning d'origine du chantier pendant que les entreprises solidaires se débrouillaient pour coordonner leurs travaux et atteindre l'objectif commun de date de fin de travaux. Merci à Yann pour ce type de management anglo-saxon mais efficace !

J'ai fini mon résumé et ma caricature en quelques mots du folklore du planning sur les projets.

 

Et je me suis fait une joie de vous réaliser le planning et de tirer deux fois la ficelle pendant cette période de préparation !

 

 

 

 

Je ne suis donc pas un fanatique du ou des plannings. Il ne faut pas bouder ses plaisirs et le planning général doit utilement être complété par des plannings détaillés par zone de travail, par thématique....

Cela permet d'ajouter quelques saveurs dans les discussions du style « la date du planning détaillé n° 1001 établi le 25 juin n'est pas identique à celle qui figure sur le planning général  indice Z établi le 18 juin » ou « il serait utile d'inclure dans le planning général les détails du planning détaillé ».

 

On arrive vite au planning à mille et une tâches à imprimer sur un drap de lit - de la taille des européens du nord....Cela fait profiter l'industrie papetière et permet à tous les acteurs du projet de se chauffer l'hiver.

 

Je préfère la notion de programmation de quelques dates clés.

Lorsque le président de la République fixe en début d'année l'inauguration de la ligne de métro n°1' au 15 octobre 1998, il est étrange de voir que cette date est tenue et que les retards accumulés depuis l'origine du projet se résorbent...

On pourrait lui suggérer de fixer les dates de livraison des EPR hollandais ou français, des Airbus A380 ou A400M, du blocage du super-périphérique parisien A86, etc.

Partager cet article

Repost0
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 08:44

J'ai construit le calendrier et les destinations en jouant avec les données météo issues du livre « Où partir en 2008 ? ».

 

 

Il ne me restera plus qu'à consulter sur place les sites météo www.fr.weather.com ou éventuellement www.accuweather.com pour connaître la pluviométrie à 10 jours...

C'est une trouvaille pendant ma période de préparation ; sur le net, il est parfois utile de penser en anglais !

Partager cet article

Repost0
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 08:30

Rien ne me prédisposait à choisir l'Asie comme principale destination.

Trop de restaurant asiatique à Paris et donc pas assez dépaysant ?

Une mentalité du « ni oui ni non » un peu fade ?

J'ai bien été tenté une fois de faire un raid catamaran le long des cotes de Thaïlande mais j'ai fait ce raid en Sierra Leone...ce devait être plus exotique.

 

J'aurais aimé explorer l'Amérique du Sud pendant un an afin d'approfondir mes superbes découvertes de la Bolivie et du Brésil. C'est un continent sympathique où la vie est peu chère mais il faut bien baratiner l'espagnol ou le portugais.

 

J'ai opté pour amélioration de mon anglais et je me suis tourné vers un autre continent où la vie n'est pas chère avec la Thaïlande comme objectif principal. La proximité de la mer et les photos envoyées par Eric en 2005 m'ont convaincus que les paysages pouvaient être sympathiques...

Ce sera également l'occasion de voir si je peux avoir des affinités avec cette région du monde pour éventuellement y travailler. Cette région semble être en forte croissance et cela pourrait me changer de l'environnement de travail à la croissance molle. Même si la vision du pays est différente selon que l'on y fait du tourisme ou qu'on y travaille, cela me donnera une petite idée.

 

Cette esquisse faites, j'ai acheté un très bon livre sur les conditions de vie dans tous les pays du monde. « Où partir en 2008 » recense toutes les données climatiques, économiques et les intérêts utiles à la préparation d'un voyage.

 

La date de départ en juin étant fixée par les décevantes raisons fiscales, j'ai adapté mon périple en fonction des conditions climatiques et des durées de séjours autorisées par les gouvernements locaux.

 

Pour les conditions climatiques, ce n'est pas la température qui importe puisque les températures devraient varier sensiblement entre 20°C et  30°C dans l'ensemble des pays parcourus.

En revanche c'est la pluviométrie liée aux périodes de mousson qu'il convient de regarder de près.

 

C'est la raison pour laquelle j'irai patienter pendant plus de deux mois en Indonésie et Philippines avant de débarquer à Hanoï le 9 septembre. Ce ne sera pas encore le Pérou (la saison des moussons s'achevant sensiblement vers la fin octobre)...mais il est difficile de voyager un an dans la région sans connaître ses petits aléas climatiques !

 

C'est encore la pluie qui m'empêchera d'aller voir les crocodiles de la zone tropicale du nord de l'Australie en janvier. Les chemins en terre sont rendus impraticables par les averses et les randonnées sont donc très difficiles.

 

 

Enfin, la dernière contrainte à prendre en compte pour aboutir à la cartographie finale du parcours aura été la durée maximale de validité des visas touristiques avec notamment ;

- l'Indonésie, maximum 60 jours (et ce n'est pas deux mois !)

- la Thaïlande, maximum 90 jours

- l'Australie, maximum 90 jours

 

Et voili voilà le résultat des courses....

 

 

 

Et pour ne pas être stressé par toutes les dates de départ, je me suis réservé des plages les plus longues possibles entre deux vols d'avion dans la zone Indonésie (2 mois) et la zone Vietnam-Cambodge-Laos-Myanmar-Thaïlande (4 mois).

Partager cet article

Repost0
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 08:22

En 2002, un copain, Fred, a eu la bath idée de prendre une année sabbatique pour aller voir sa copine d’enfance Isabelle partie à l’aventure en Amérique du Sud et qui accessoirement enseigne dans les lycées français à l’étranger. Et contrairement à ce que l’on a tendance à croire, il ne fait pas toujours chaud en Amérique du Sud !

 

 

 

En 2005, un autre copain, Eric, a eu la même idée cette fois pour aller faire le singe en Asie !


 

 

 

Tous les deux en sont revenus sain sauf et heureux !

 

Après 2002 et 2005, en 2008, il fallait bien que quelqu’un se décidât à poursuivre ces épisodes truculents de la vie ; mon tour est arrivé !

 

Début 2008, j’ai décidé d’acheter des godasses.

 

Le temps de peaufiner l’idée et d’achever les missions professionnelles en cours, j’ai acheté mon billet le 29 avril 2009.

Partager cet article

Repost0
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 07:59

De prime abord, l'année sabbatique ou le voyage autour du monde évoquent le dilettantisme dans son sens usuel ou le farniente...

 

En réalité, j'ai pris un réel plaisir à entreprendre cette nouvelle fonction de Voyageur du Monde.

 

C'est une entreprise personnelle avec une similitude de fonctionnement d'une société commerciale avec un véritable business plan  sur une année; il s'agit

- d'innover 

- planifier

- budgéter

- préparer

- réaliser

- faire le bilan de cette expérience

- s'améliorer

- et repartir....(ça c'est juste une blague pour ma mère !)

 

Un vrai travail avec la différence notable que je ne suis pas à priori pas rémunéré par un employeur ou un actionnaire.

Mais j'ai le secret espoir de découvrir Mille et un Trésors !

 

Je fais donc un investissement qui entre dans le cadre de ma formation personnelle. Ma formation professionnelle, malgré les heures du « DIF  (Droit Individuel à la Formation) » accumulées, était à la tendance baissière proche du zéro pointé depuis plusieurs années et il était temps que je prenne les choses en mains !

 

 

 

Malgré la politique de communication développée par les services Ressources Humaines des entreprises et destinée à fidéliser les collaborateurs, le turn over annuel dans les entreprises devient important !
Nous sommes dans la construction de l'éphémère et de la mobilité. Je m'adapte à ce changement bizarre et je dis « Vive la mobilité », non à la peur du lendemain sans travail et que tout le monde se fasse plaisir !

 

Et je  ne pensai pas si bien dire.....


 





Les « vraies réussites sont celles que l’ont partage » et plus elles sont courtes, meilleures elles sont !

Il faut aller de l’avant….


 

 


VINCI
envoyé par captain_udon

Partager cet article

Repost0
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 11:33

Combien de mots existent-ils dans la langue française ?

J'ai trouvé cette réponse dans www.academie-française.fr ;

La définition même de « mot » fait difficulté, ce qui vide de sens la question de la « richesse » relative du vocabulaire des diverses langues : les langues dites « agglutinantes », par exemple, peuvent créer une infinité de « mots » dont chacun équivaudrait pour nous à une phrase entière. Est-ce que j'utilise plus de « mots » si je dis melting pot ou rayon de soleil que si je dis creuset ou sunray ?

Si l'on parle de la langue française (ou anglaise), de quoi s'agit-il ? Prend-on en considération tous les domaines, toutes les époques, tous les niveaux de langue ? Il est impossible de fournir un dénombrement de l'ensemble des formes qu'offre une langue : certaines (comme dans le cas de tous les verbes que l'on peut composer avec le préfixe re-) n'ont qu'une existence virtuelle ; chaque jour, d'autres se créent ou disparaissent de l'usage. Le vocabulaire spécialisé des sciences est en constant développement : le Dictionnaire de la chimie de Duval, loin d'être exhaustif puisqu'on distingue plus de 100 000 matières colorantes, comptait déjà 26 400 entrées en 1935, mais plus de 70  000 en 1977 !

Tout ce que l'on peut dénombrer, ce sont les «entrées» constituant les nomenclatures des divers dictionnaires, les formes qu'ils enregistrent, choisies par les éditeurs selon l'idée qu'ils se font des besoins de l'utilisateur et selon des principes qui leur sont propres : une entrée générale pour une même forme ou une par sens, syntagmes composés en plus des formes simples, etc.

Fondés sur des enquêtes de fréquence, le «français fondamental» et le «français élémentaire» comptent respectivement un peu plus de 1 000 à 3 000 entrées. Les dictionnaires scolaires destinés aux élèves de 8 à 14 ans en comptent de 2 000 à 20 000, le Trésor de la langue française environ 100 000 (non compris les dérivés intégrés aux articles), les grands dictionnaires encyclopédiques environ 200 000 (y compris les noms propres).

Quant aux dictionnaires de la langue courante, qui recensent grosso modo le vocabulaire nécessaire à la conversation, à la lecture de la presse générale d'information et à celle des textes littéraires du XVIe siècle à nos jours, en y ajoutant un pourcentage variable des termes spéciaux, de formes rares, archaïques, régionales ou dialectales, ainsi que d'emprunts aux divers pays francophones ou aux langues étrangères, ils comportent environ 60 000 entrées, en français comme en anglais ou en chinois.

Arrivé à ce stade de rédaction des premiers articles, plus de 4000 mots sont déjà recensés ...

Et pour faire simple dans la recherche, l'intérêt est de choisir quelques mots-clefs pour que n'importe quel quidam trouve son bonheur dans sa thématique que je ne peux pas aujourd'hui deviner. C'est donc un exercice difficile que j'ai réalisé et qui a abouti au résultat suivant d'environ 140 mots-clefs  dans 9 Catégories ;

 

Destinations /Géo-localisation :

Asie Indonésie Philippines Vietnam Cambodge Laos Thaïlande Myanmar Australie Nouvelle-Zélande Tahiti Los Angeles San Francisco USA Paris France

Humeurs :

André Santé Monnaie Festival Art Plaisir Photo Portrait Nouvelle Manger Dormir Enquiquinements Achats Bons plan

Utile/Pratique/Astuces:

Préparatifs Ambassades Assurances Rapatriement Fuseaux horaires   Pays (géolocalisation) Guides de voyage Visas

Activité :

Voyage Site classé Musée Spectacle Musique Randonnée Parc Zoo Cinéma

Paysages :

Nature Urbain Ville Mer Plage Fleurs Eau Arbre Rivière Lac Montagne Océan Géographie Coucher du soleil Animaux

Les gens :

Personnes Amis Rencontres Enfants Hébergements Coutumes Vie locale Nourriture Repas Vacances Mariage Fêtes Religion Sport

Communiquer / Echange d'Infos Voyageurs:

Langues Traduire Blog    Liens    Moteurs de recherche  Sites internet Presse Poste Sites internet

Transport  / Déplacements:

Avions Bus Route Cartes Voiture Train VTT Bateau

Climat :

Météo Ciel Printemps Eté Soleil Hiver nuages nuit

 

On verra bien dans un an si cette classification est pertinente....

Partager cet article

Repost0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 10:00

Un drôle de nom non ?

 

Pourquoi pas « Alfred autour du monde» ?

....parce que je ne m'appelle pas Alfred.

 

Il existe plus de 65 millions de blogs dans le monde !!! Et j'ai trouvé le nom de Dedelagodasse un peu long mais sympathique....tout simplement parce que ce nom a une petite histoire familiale.

 

Explosion du nombre de blogs
Evolution du nombre de blogs dans le monde, référencés par Technorati (en millions)

 

Commentaire Entre décembre 2004 et décembre 2006, le nombre de blogs dans le monde est passé de 5,4 à 63,1 millions selon Technorati. La blogosphère a donc vu sa taille multipliée par plus de 11 en 2 ans. En octobre, ce sont 100.000 nouveaux blogs qui sont créés par jour, et 55 % de blogs seraient actifs, c'est-à-dire mis à jour à un rythme d'au moins une fois tous les trois mois

 

France : Evolution de l'audience des plates-formes de blogs

  Avril 2006

Novembre 2005

  Plate-forme

Visiteurs uniques

Taux de pénétration

Plate-forme

Visiteurs uniques

Taux de pénétration

1. Skyblog

4.177.000

20,2 %

1. Skyblog

3.428.000

17,5 %

2. MSN Spaces

2.958.000

14,3 %

2. Six Apart

2.212.000

11,3 %

3. Over Blog

2.328.000

11,3 %

3. MSN Spaces

1.946.000

9,9 %

4. Six Apart

1.876.000

9,1 %

4. Over Blog

1.815.000

9,3 %

5. Blogger

1.566.000

7,6 %

5. Blogger

1.139.000

5,8 %

Source : Médiamétrie, juin 2006

 

Dans les années 2000, alors que je flânais au salon nautique de la porte de Versailles avec ma petite nièce devenant grande, Morgane, je me suis acheté une paire de godasse « Marc Thiercelin ».


En réalité, une véritable paire de chaussure technique pour ceux qui prennent la mer et aiment la poésie.

« Dessus : cuir vachette pleine fleur TRAITE MER
Doublure et Première : cuir pleine fleur
Semelle : caoutchouc antidérapante et ultra flexible
Semelle intérieure sur mousse assurant un confort inégalé. Traitée antibactérienne
Semelle extérieure garantissant une excellente adhérence grâce à ses saignées d'évacuation d'eau et à l'effet crampon de ses picots. »

Tellement « chouette » que je n'ai pas résisté au plaisir de lui en offrir une paire !

L'usage que nous en avons fait a été un peu différent.

Morgane conservait sa paire dans son carton d'origine et réservait son usage à la navigation.

Moi, je l'utilisais quotidiennement pour naviguer entre les merdes de chiens dans les rues parisiennes. Autant dire que ma paire s'est usée prématurément...J'en suis à ma troisième commande du même type de chaussure sur internet (www.viacorda.com pour les amateurs) et je pense que Morgane n'a pas fini d'user la semelle de sa première paire !

 

Cette pompe est merveilleuse. J'ai simplement eu un désagrément avec ma dernière commande. Avec le progrès de l'ingénierie et pour améliorer le confort du navigateur, la pompe est devenue non étanche ! L'eau qui arrive dessus - ce qui arrive quand on navigue en haute mer...- s'évacue par le dessous de la semelle.

Mais quand on marche dans une flaque d'eau entre deux merdes de chiens parisiens, eh bé c'est l'eau qui entre par les semelles et imbibe les chaussettes. La navigation par temps de pluie dans Paris est fortement déconseillée...

 

Bon j'en ai terminé avec mon histoire de godasse......


....ou presque...juste pour préciser que je n'ai pas changé de pointure mais que j'ai préféré investir dans une paire plus adéquate pour ma virée (Tecnica made in China)  ....et avec une semelle étanche.

 

Une page d'écriture sur une paire de chaussure ! Je rêve.... (Mais comme je connais la suite...et que vous avez adoré ce développement Bling Bling au raz des pâquerettes....j'y reviendrai rien que pour vous faire plaisir !)

 

 

 

La seconde partie de l'histoire concerne Dédé (avec l'accent ici).

 

Vous avez vu en début du blog le spot TV de la publicité pour les jeux à gratter « Mais il est ou Dédé ? ».

 

Ce spot est aujourd'hui « OUT » et c'est mon blog qui devient « IN » pour obtenir la réponse à la question posée !

 

 

« Dedelagodasse » est une marque déposée dans les années 2005 par une deuxième nièce (je les adore !),  Mathilde alias quand même « Tildounette », qui a eu l'outrecuidance de me nommer ainsi en m'invitant à participer au site familial d'échanges www.familoo.com.

 

« Dedelagodasse », ce n'est pas folichon comme nom mais si ça plait aux plus jeunes et puisqu'un cercle limité d'amis me connait sous le dénominatif de Dédé, j'ai ressuscité ce pseudo pour raconter mes petites histoires.

 

Un grand merci à Morgane et Mathilde qui m'ont inspiré l'origine de ce nom d'un blog !

Partager cet article

Repost0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 09:36

Je souhaite épargner à mes amis la réception de mails de bonnes nouvelles émise par un déserteur de la France qui pourrait se vanter de profiter d’une vie moins chère.

 

Le mail est impersonnel lorsque vingt personnes en sont destinataires. Et, vu mon emploi du temps très chargé, je n’aurai pas le temps de faire tous les jours vingt copier-coller en y ajoutant une petite touche personnelle à chaque message.

 

J’ai donc décidé d’être au top du top dans les échanges d’informations et de créer un blog.

 

J’espère qu’à l’avenir, la rédaction des articles me prendra moins de temps que je n’en ai passé pour tenter de savoir faire un bon blog.

Je n’ai pas trouvé de bouquin simple qui explique les différentes solutions. Seule certitude acquise, je ne vais pas apprendre le JavaScript aujourd’hui pour pondre de la ligne de programme sur mon site quand je serai à Java ou Papeete !

 

J’ai néanmoins trouvé un comparateur de blog indépendant d’une marque sur http://www.bloguons.com .

 

Après avoir lu l’indigeste tableau comparatif des blogs trois étoiles, j’ai surfé sur différents bloc et choisi « Over Blog ».

Il existe des « Carnets de voyageurs » sur les sites de voyages (www.lonelyplanet.com, www.uniterre.com, www.routard.com…) mais le cadre est imposé ainsi que la publicité.

 

A priori, OverBlog peut avoir un look sympa et permet l’inscription à une « news letter » régulière. Cela vous évite de consulter le Blog tous les jours quand je serai parti faire une petite croisière à Bora Bora !

 

L’inconvénient d’OverBlog est que je ne peux pas concourir au meilleur blog de voyage d’uniterre.com ! Me faire plaisir et vous faire plaisir sera ma seule ambition.

 

Pour les goûts, les couleurs, les facilités de navigation entre les pages je vous invite à me faire part de vos observations !

Partager cet article

Repost0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 09:20

….ou tout simplement un MacDo sinon rien ? Partout dans le monde ?

Il est trop tard pour partir en 2008 si on se fie aux dires de Claude Lévi Strauss en 1955 ; 


« Il n’y a plus rien à faire : la civilisation n’est plus cette fleur fragile qu’on préservait. L’humanité s’installe dans la monoculture ; elle s’apprête à produire la civilisation en masse, comme la betterave ».

 
Aujourd’hui, Coca-Cola est consommé plus de 683 millions de fois par jour dans plus de 200 pays !

Buvez Coca-Cola, délicieux et rafraîchissant.» Publicité dans la presse, panneaux de métal à la terrasse des cafés, la France, comme les autres pays d'Europe, a découvert la boisson pétillante entre les deux guerres, mais c'est à la suite du débarquement de juin 1944 que Coca-Cola, la firme d'Atlanta, née en 1892, amorce une offensive décisive. Il est vrai qu'en 1941, la boisson est déclarée « fourniture de guerre importante».
Pour 5 cents, chaque GI doit pouvoir trouver sa petite bouteille de 175 grammes. Conséquence : partout où sont les soldats américains, des usines d'embouteillage sont construites. Le budget publicitaire mondial de la marque double entre 1941et 1948, passant de 10 à 20 millions de dollars. Coca-Cola incarne à tel point les Etats-Unis qu'on accuse très vite l'entreprise d'être l'agent de l'impérialisme yankee, qui souhaite imposer sa boisson sur le territoire français, tout comme les USA le font à l'aide de leurs espions. « On pourra dire bientôt "Coca-Cola over ail,' comme on a dit "Deutschland liber ailes"», accuse l'écrivain Roger Vailland, en 1949. Face à cette campagne, menée par les députés communistes, le président de l'entreprise d'Atlanta répond :« Le Coca-Cola n'a jamais nui à la santé des soldats américains qui ont libéré la France des nazis, permettant ainsi aux députés communistes de siéger au Palais-Bourbon.»En 1944, la marque écoule 3,8 milliards de litres à travers le monde. Dix ans plus tard, ce sera le double.




Il est donc temps d’aller boire un Coca avec un MacDo à Singapour avant de découvrir les fleurs fragiles…..

Partager cet article

Repost0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 09:06

Déjà petit, j’avais l’esprit de contestation et la maitresse de l’école maternelle avait dû créer pour moi le « Premier prix de la contestation ».

Il faut dire que cette création devait être très tendance puisque cela remonte aux années 68….

 

Je prends aujourd’hui le contre-pieds (et je ne vous raconte pas le nombre de contre-pieds que je vais pouvoir faire pendant un an !!!!) du slogan présidentiel « Travailler plus pour gagner plus ».



J’ai programmé en début d’année la date de départ avec intelligence afin que le rendement de défiscalisation soit supérieur aux dispositifs de Robien, Borloo et consorts.

 

En partant à l’étranger plus de 185 jours en 2008, je pensai obtenir l’avantage d’absence d’impôts sur les revenus 2008. Malheureusement, lors de mes préparatifs cette disposition ne m’est pas applicable car principalement destinée aux travailleurs français qui sont expatriés. Encore une fois Dédé, couche couche panier, tu n’as pas le droit à la niche….

 

Ce n’est peut-être pas très citoyen de pas payer d’impôts mais un Premier ministre, Chaban-Delmas en 1974, avait réussi cette gageure en restant lui 365 jours en France! Malheureusement, aujourd’hui, il est mort (pauvre ou riche ?) et je ne connais pas ses ficelles.

 

C’est donc une déception mais d’un autre côté ce n’est pas la principale raison de quitter la France pendant quelques mois, tout au plus la satisfaction de « payer moins pour gagner plus » en diversité ou qualité de la vie.

 

Néanmoins, en partant en milieu d’année, je réduis ma pression fiscale sur 2008 et 2009. Présenté autrement, et pour me remonter le moral, je me dis que mon voyage est en parti subventionné par cette réduction d’impôt ! Génial.

 

Pour finir, je ne cède pas à la tentation de vous montrer un exemple exemplaire de citoyenneté d’une Ministre au cours d’une séance au Conseil municipal de Paris.

Au moins nos impôts locaux servent la presse nationale !


 

Partager cet article

Repost0