Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le curieux aller retour Paris - Auckland
  • : Indonésie Philippines Vietnam Cambodge Laos Thaïlande Australie Nouvelle-Zélande Polynésie Etats-Unis
  • Contact

Rédacteur

  • Dedelagodasse
  • Juste parti faire le tour du monde pendant 1 an...
  • Juste parti faire le tour du monde pendant 1 an...

Recherche

Lien vers les photos

Archives

Geo map

Pages

8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 20:39

vostokPar ces froids polaires, j'ai une pensée émue pour le groupe de russes que j'ai rencontrés à Bangkok. Alors que j'allais prendre mon petit déjeuner continental à l'hôtel ibis, ces russes m'ont invité a prendre une bière à 8 heure du matin !

 

Je constatais pour la première fois la véracité des « on-dit » sur la capacité des russes à ingurgiter de l’alcool….Pendant que j’avais passé ma nuit à lutter contre les bactéries qui s’attaquaient à mon pied, mes amis russes avaient consommé quelques litres de bière Bintang.

 

Après avoir discuté de mes premiers cours de russe - le patalok, le carandache – du tovarich Zinedine Zidane, de Paris et sa tour Eiffel, des clubs de football français et russes, j’ai compris la raison de leur nuit alcoolisée ; ils s’apprêtaient à quitter les 30 degrés thaïlandais pour rejoindre les – 37 degrés sibériens !

 

carte vostok 3065551En lisant la dépêche AFP de ce 6 février, je me dis qu’ils ont la chance de ne pas devoir rejoindre la base russe de Vostok pour aller visiter le célèbre lac de Vostok ; c'est à la surface glacée du lac Vostok qu'on a mesuré la température la plus froide jamais enregistrée sur terre : -90 °C, en juillet 1983. La température moyenne tourne autour de -55 °C.

 

Malgré le caractère exceptionnel de ce lac, je n’envisage pas d’aller le visiter. Il est en effet difficilement accessible, à 3768 mètres de profondeur sous la calotte glaciaire du pôle Sud et les russes ont mis 30 ans à l’atteindre !

 

Par ailleurs, je ne suis pas fan des bactéries, fussent-elles thermophiles…

 

10_dessinlac_vostok_fr_vec_3555_frAFP - Une équipe de chercheurs russes a réussi à atteindre le mystérieux lac Vostok enfoui sous près de quatre kilomètres de glace dans l'Antarctique, après plus de 30 ans de travaux de forage, a annoncé lundi une source proche des milieux scientifiques à l'agence Ria Novosti.

Une équipe de chercheurs russes a réussi à atteindre le mystérieux lac Vostok enfoui sous près de quatre kilomètres de glace dans l'Antarctique, après plus de 30 ans de travaux de forage, a annoncé lundi une source proche des milieux scientifiques à l'agence Ria Novosti.

"Hier (dimanche), nos scientifiques ont achevé les travaux de forage et atteint la surface du lac, à 3.768 mètres de profondeur" sous la calotte glaciaire du pôle Sud a déclaré cette source, sans autres détails.

Isolé de la surface depuis des millions d'années, ce lac d'eau pure de 250 kilomètres de long et 50 km de large -- 12.500 km2, soit environ la taille de la région Ile-de-France -- pourrait contenir des formes de vie inconnues à ce jour.

Les travaux de forage ont repris en janvier après avoir été interrompus en 1998 à 3.580 mètres de profondeur, soit à 188 mètres au-dessus de la couche d’eau.

Cette interruption était intervenue à la suite d'appels de la communauté internationale exigeant d'attendre l'apparition de technologies de forage plus sûres, afin d'éviter toute catastrophe écologique.

"Un événement de portée mondiale nous attend en 2012, il s'agira d'atteindre les eaux du lac Vostok, âgé de 30 millions d'années", avait déclaré l'an passé le ministre russe des Ressources naturelles et de l'Ecologie, Iouri Troutnev. "Personne encore n'a réussi à aller à une telle profondeur sous la Terre", avait-il affirmé.

L'examen de la carotte de glace et des eaux du lac permettra aux spécialistes d'établir un scénario des changements climatiques naturels pour les prochains millénaires, selon les chercheurs russes.

RDT info - Magazine de la recherche européenne

Des bactéries thermophiles dans le lac Vostok

Les glaciers cachent parfois sous leur épaisse couverture un lac subglaciaire. Et certains de ces lacs passionnent les chercheurs. Notamment à cause des éventuelles formes de vie encore inconnues qu’on pourrait y découvrir. En Antarctique, sous la station de forage Vostok, un tel lac, aux dimensions gigantesques (14 000 km2 de superficie), aiguise l’appétit des chercheurs.

Si ceux-ci n’ont pas encore pu prélever d’échantillons d’eau liquide, parce que les forages n’ont pas percé les dernières dizaines de mètres de glace afin de préserver le fameux lac de toute contamination extérieure accidentelle (bactéries, mélange de produits chimiques injectés dans les puits de glace pour éviter qu’ils se referment), des découvertes surprenantes ont déjà été réalisées. La dernière en date remonte à l’automne 2004 et est le fruit des recherches d’une équipe internationale (Russie-France-USA). Celle-ci a étudié la composition des 85 derniers mètres d’une carotte de glace profonde (glace de regel contenant des sédiments, donc déjà de l'eau du lac) prélevée à 130 m de l'interface liquide du lac. Son analyse révèle que le contenu biologique du lac Vostok serait très pauvre et que ses eaux seraient pratiquement stérilisées par un excès d’oxygène dissout (dont la pression équivaudrait à celle d'une boîte de soda), accumulé suite à la fonte de la glace. En outre, les traces d’ADN découvertes dans la glace de regel indiquent qu’il s’agirait de la signature génétique de bactéries thermophiles ! C'est-à-dire des bactéries plus habituées à se développer dans un environnement torride, comme celles vivant près des sources chaudes sous-marines et à proximité de cheminées volcaniques plutôt que de micro-organismes adaptés au froid ! Un mystère de plus à résoudre…

Partager cet article

Repost0

commentaires