Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le curieux aller retour Paris - Auckland
  • : Indonésie Philippines Vietnam Cambodge Laos Thaïlande Australie Nouvelle-Zélande Polynésie Etats-Unis
  • Contact

Rédacteur

  • Dedelagodasse
  • Juste parti faire le tour du monde pendant 1 an...
  • Juste parti faire le tour du monde pendant 1 an...

Recherche

Lien vers les photos

Archives

Geo map

Pages

8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 05:41

Cela fait déjà une semaine que je suis arrive en Indonésie et que j ai eu l occasion d effectuer le rodage de mon nouveau mode de vie; la ville de Medan (2 n), le début du Gunung Leuser Parc avec les orangs-outangs de Bukit Lawang a proximité de Hoboroug (3 n dont ! en jungle!), la ville étape dans les montagnes de Berastagi (! n) avant d arriver dans un petit paradis, le lac Toba et son petit village Tuk-Tuk ou je resterai probablement 3 ou 4 nuits vu le confort grandissime de ma chambre et le paysage impressionnant de calme et de fraîcheur; ce dimanche, j ai fait une petite ballade a pieds le long du lac pour trouver un petit ponton près d une auberge et je me suis simplement baigne. J étais me semble t il le seul a me baigner, dans un lac comparable sans doute au Lac Léman, a  la différence que les rives sont quasiment désertiques et surmontées par des montagnes majestueusement vertes et calmes.

 

Une semaine donc que je rode mon système de voyageur SDF. Toute une organisation que je parfais depuis mes premiers pas out of France. Mon petit chez moi se réduit a un sac de !4 kg et a un petit sac ou je mets essentiellement mes guides et mes lunettes. Ce petit chez moi étant mobile dans un univers totalement étranger, je tente de respecter a peu près le même rituel a chaque fois que je déballe ou remballe les sacs qui sont dans le sac, et les affaires qui sont dans les sacs. Je limite ainsi mes coups de sang du style, j ai perdu mon portefeuille ou mon appareil photo ou mon travelsafe....

Je ferme mon sac a dos avec mes cadenas des que je sors ou que je le laisse dans une réception d hôtel.

Le vol est un peu la crainte du routard ou du touriste mais en Indonésie, je croise les doigts, les gens ont l air tellement calmes, souriants et désintéresses que cela me rassure un peu de ce point de vue en comparaison de l Amérique Latine par exemple.

Cela est peut-être également lie au très faible nombre de touristes; depuis 1997 selon le routard, septembre 2001 selon un routard australien qui me disait ce midi que les australiens prenaient beaucoup moins l avion pour venir en Indonésie. Le tsunami de 2004 n a pas arrange les affaires des auberges qui crient un peu famine.

Alors achetez le routard et prenez l avion! C est le moment de venir et c est bien mieux que les Antilles par exemple ; a paysages comparables, les gens sont ici d une extrême gentillesse et si le billet d avion est un peu plus cher, la vie est donnée.

Mauvais élève, je n utilise pas mon convertisseur de monnaie trouve sur internet mais me contente de la référence 10000 Rupiahs égal 1 euro. Quelques idées de prix ; chambre d hôtel 50000 Rp, repas 50000 Rp incluant 20000 Rp de bière de qualité internationale - la Bintang, bus pour 180 km en 3 ou 4 heures 10000 Rp, un café 4000 Rp (pas très bon, style nescafé avec le dépôt en sus), un thé 2500 Rp, ...

La vie locale n est donc pas chère mais les des qu on a recours aux services d organismes de touristes, les prix deviennent presque européens; 45 euros le taxi pour 4 h de route, 55 euros la journée de guide....

 

Avec l eau et le soleil, les campagnes sont verdoyantes et regorgent de toutes les richesses en fruits et légumes. Le marche de Berastagi est un bel exemple de ce business qui occupe beaucoup les gens ici; du pauvre agriculteur au pauvre commerçant ou restaurateur.

En revanche, point de vache et donc pas de steak frites matin midi ou soir. C est plutôt tendance riz ou nouille et chicken...Et je n ai pas encore réussi a degoter un camembert dans une échoppe locale ; dur, dur...mais cela doit être excellent pour ma santé!

J ai bien vu quelques grappes de raisin, mais point de vin ; il y a peut-être la une occasion de business a développer car un petit commerçant m a vante ce matin le Bordeaux que son frère avait ramené de son petit tour d études a Tours. Les vendanges sont physiquement éprouvantes, mais ici tout le monde aime bien le sport et l indonésien moyen n a pas un gramme de graisse. C est un peu dommage car pour les suivre dans les montagnes, il faut s accrocher!

 

En introduction, j ai parle de mes nuits. Non pas qu elles soient particulièrement torrides mais, pour me repérer dans le temps, c est plus facile et dans une même journée, je peux être à Medan le matin et a Bukit Lawang l après-midi.

Je n ai pas d horaire a respecter (je ne suis plus aux 35 heures ou 39 heures selon que vous etes de gauche ou de droite...ici en Indonésie, ils roulent a gauche mais je ne pense pas qu ils soient au 35 heures non plus) mais je me lève assez tôt et mon emploi du temps est en général bien rempli.

L indonésien ne stresse pas et je m adapte a ce mode de vie très sympathique. Je donne du temps au temps.

 

En préparant ma tournée indonésienne (en se baladant, tout le monde m apostrophe pour savoir d ou je viens, ou je vais, si je suis marie, ou j ai laisse ma wife....et j ai l impression de concurrencer Mickael Jackson lorsqu il chante  mais moi je chante pas, je marche et cela fait moins de bruit), je n avais pas du tout integre cette nouvelle notion du temps et notamment les temps de transport. Faire 90 kilomètres peut prendre 2 ou 3 heures voire un petit plus si le bus doit s arrêter souvent. Et comme, j aime bien flâner en dehors des sentiers touristiques sans touriste, je suis servi.

 

Certaines personnes étaient étonnées de me voir partir voyager seul....Moi aussi un peu d ailleurs!

Et bien contrairement a ma légère appréhension du départ, je dois avouer que cela se passe plutôt bien et que je ne reste pas blotti dans un igloo tel un renard ou une autre bête solitaire. Il n y pas d igloo en Indonésie....

Le matin et le soir, ce sont plutôt des échanges entre routards. Dans la journée, les indonésiens ne sont pas stresses et prennent le temps de discuter très facilement ; j ai donc déjà été interviouve a deux reprises a Medan, dont une avec film camera ! (quand je vous dis que Mickael Jackson ou Madonna vont être en concurrence directe avec Dedelagodasse !), j ai donne une leçon de surf ....sur le web – je ne suis pas encore allé sur la plage .... - a un paysan indonésien et puis on prend le temps de discuter de la famille qui a souvent un oncle ou un frère ou une soeur qui est ou a été en France....Et comme les indonésiens sont très nombreux (220 millions environ) et ont toujours des familles nombreuses (6 a 8 gamins en général), je ne suis pas sorti de l auberge indonésienne avant demain!

 

Et il faut prendre aussi le temps de marchander un petit peu, histoire de faire et de se faire plaisir ; demain, j irai faire le tour du Lac Toba en moto pour 60000 avec le jeune guide qui m a rencontre cet après midi pendant ma randonnée dominicale après la messe. J ai gagne 15000 Rp sur les prix de location, sans guide, affiches par le routard et les hôtels !

En réalité, il y tellement de monde ici, que l indonésien a du mal a trouver du travail, surtout si les touristes ne viennent pas. Ils sont donc très disponibles et prêts a aller la ou il faut pour gagner sa vie ; le patron de l auberge Liberta, Docteur Moon, était très content qu un australien propose a un de ses neveux d aller en Australie pour travailler illégalement; au moins un de sauve du marasme indonésien!

 

Malgré ce marasme économique, les indonésiens restent fiers, honnêtes et souriants. Samedi soir, je suis allé à la ducasse - la fête foraine pour les non chtis - dans le village de montagne de Berastagi. Je n avais pas mon appareil photo mais j ai vu des manèges extraordinaires avec le clou de ce spectacle que j appellerais le Tonneau de l enfer.

Vous prenez un tonneau de 8 mètres de haut et 8 mètres de diamètre. Vous mettez une moto et un kart a l intérieur du tonneau, en bas, avec une illustration du style roulette russe. Vous mettez un échafaudage pour que les touristes puissent voir du haut du tonneau la course entre les deux indonésiens qui font la course sur la hauteur de la cuve! Bonjour les odeurs de pétrole, la chaleur et l ambiance, surtout quand un des deux bolides risque de sortir du tonneau et de vous couper la tête!

 

Voili voilà quelques impressions que je vais tenter de mettre en ligne au cyber café du coin. Ils sont un peu lents, parfois rétifs a l édition de mes articles ou aux réponses que j essaye de faire a vos commentaires mais j arrive toutefois a mettre quelques photos sur le site Flickr même si ça prend un peu de temps, mais cela fait partie de mon nouveau job....et cela fait plaisir au tenancier.

Ici, il n y a pas de réseau wifi et mon petit pc indonésien a pris une petite claque dans le transport ; j ai donc une petite fleur indonésienne noir sur mon écran mais cela me permet quand même d écrire a la maison avant de télécharger mes petites histoires...

Veuillez excuser mes fautes de frappes (mon écran est tout petit et les fautes aussi je l espère), l absence d apostrophe (la touche est HS...) ou d accent (les claviers locaux n ont pas cette particularité française).

 

Selamat sore (bonsoir) de l île de Samosir

Dimanche 6 juillet

Partager cet article

Repost0

commentaires